OFP par un chemin de fer touristique (TPCF-11 & 66)

Certains pensent que ce n'est que de la poudre aux yeux pour la Xième fois, dans les revues internes de ma boite, on s'en gargarise. Mais personnellement, depuis 91 que je suis dans la grande maison, comme je n'ai subit qu'échec sur échec dans la politique de transport de marchandise, je suis persuadé que la volonté du gouvernement et l'aide technique enfin autorisée par la SNCF pour créer ces OFP va enfin, après une vingtaine d'année de faillite, permettre de redresser la situation et de remettre des wagons et des trains sur pas mal de nos petites gares! Ce ne sera pas forcement la SNCF qui tirera la plupart de ces trains, mais, je préfère toujours voir un train, même d'une autre compagnie que des rails rouillés, arrachés et des camions, fussent-ils du groupe SNCF!!!! Les "Short-Lines" fonctionnent aux USA et font des millions de tonnes de wagons isolés, il n'y a pas de raison que ça échoue chez nous. Les OFP qui existent depuis longtemps ont souvent résistés au manque de volonté gouvernementale pour sauver le fret ferroviaire.
Donc, je rangerais ici toutes les informations concernant cette renaissance du rail.

OFP par un chemin de fer touristique (TPCF-11 & 66)

Message non lupar vapeur65 » 13 Mar 2010 00:13

initiative d'un réseau touristique!
http://www.lindependant.com/articles/20 ... 143551.php
la voie de 50 d'abord!et tous les autres écartements
vapeur65
membre
 
Messages: 683
Inscription: 17 Fév 2008 21:55
Localisation: hautes pyrennées

Re: OPF par un chemin de fer touristique

Message non lupar fabien38 » 13 Mar 2010 00:22

Merci pour l'info qui m'avait échappée, j'ai pas trop la tête ici en ce moment.

Dans un Connaissance du Rail, dans les années 80, la SNCF disait que c'était une de ses lignes en VUTR les plus rentable....
Puis le manque d'entretien de la voie dans l'usine de la Pierre Lys a permis de supprimer ce terminus, et tout est mort progressivement....
J'ai connu les 67000 sur cette ligne, avant les 63000...
L'usine Sopromine d'Axat, ses wagons citerne à poudre ou on s'amusait les week end (il n'y avait pas de caténaire!), puis la destruction de l'usine.....

Edition du 11 03 2010
Transport ferroviaire Le train touristique reprend le trafic du fret
Le train touristique reprend le trafic du fret

©
Le train touristique du Pays cathare et du Fenouillède (TPCF) va diversifier son activité au profit de l'économie locale et reprendre le trafic du fret.
Le train touristique du Pays cathare et du Fenouillède (TPCF) participe déjà pleinement, avec 15 000 voyageurs par an, au développement touristique du territoire. Aujourd'hui, il va diversifier son activité au profit de l'économie locale et va reprendre le trafic du fret, abandonné il y a quelques années par la SNCF.
Yves Guimezanes, le président et cofondateur de TPCF et Dieter Schmitz, gérant de la société TPCF, expliquent : "Avec l'obtention de cette licence marchandises, nous allons être les premiers opérateurs ferroviaire de proximité en France à assurer le transport
du fret. Les justifications de cette nouvelle activité sont de trois ordres : Premièrement, de repositionner les usines de la ligne Saint-Martin-Lys-Rivesaltes dans une productivité cohérente. Résister à la concurrence.Il faut savoir que le coût du transport pour les entreprises est moins compétitif par la route que par le fer sur les moyennes et longues distances. Elles vont ainsi réaliser de sérieuses économies, surtout quand on sait que plus de 100 000 tonnes quittent à ce jour les usines du Fenouillède et de la Haute-Vallée. Ces économies vont permettre aux entreprises de résister à la concurrence étrangère en proposant des tarifs moins élevés. Ce côté économique du projet nous tenait à coeur et nous sommes heureux de participer, à notre échelle, au maintien des emplois qui sont aujourd'hui menacés.
La deuxième justification est de donner une alternative au mode routier qui permette de diminuer les trafics lourds et de réglementer le transit dans les gorges de l'Aude. En effet, bien que situées sur une route accédant à l'Arc méditerranéen, les usines imposent une approche routière pénalisante. Le gabarit de l'itinéraire routier est très contraint et des traversées de village comme Estagel ou St-Paul-de-Fenouillet sont très délicates pour les croisements. Le transport ferroviaire va donc réduire le trafic routier et améliorer de façon considérable la sécurité des populations des villes et villages traversés. Sans oublier, bien-entendu, l'impact non négligeable sur l'environnement.
Le troisième objectif est d'optimiser et de mettre en valeur les moyens de TPCF. Grâce à la reprise de cette activité, Réseau Ferré de France va pourvoir reprendre son programme d'investissement qu'il a abandonné sur cette ligne depuis plusieurs années.
Toutes les personnes qui nous entourent et qui ont cru à ce projet dès le début, sont particulièrement fières d'apporter cette nouvelle pierre au développement du rail dans la vallée. Car celle-ci va contribuer au maintien de l'activité industrielle, à l'amélioration de l'environnement et à la création d'emplois. Bien entendu, nos efforts resteront concentrés sur l'activité touristique avec encore plein de projets pour améliorer la ligne et proposer aux nombreux voyageurs des programmes de visite riches et diversifiés".
Avatar de l’utilisateur
fabien38
Fondateur du site
 
Messages: 4005
Inscription: 16 Fév 2008 22:25
Localisation: Grenoble

Re: OPF par un chemin de fer touristique

Message non lupar deudeuche91 » 13 Mar 2010 10:51

super initiative ... :bye
Ma vie e a été pleine de joie c'est pourquoi je demande a ceux qui le voudrons bien de rendre public le mépris que j'emporterais de ceux qui ont saccager l'AEROTRAIN
jean BERTIN

http://deudeuche91.javabien.fr/
Avatar de l’utilisateur
deudeuche91
membre
 
Messages: 38
Inscription: 24 Oct 2009 18:54
Localisation: essonne France

Re: OFP par un chemin de fer touristique (TPCF-11 & 66)

Message non lupar fabien38 » 27 Mar 2010 21:40

Publié le 25/03/2010 | 20:58
Le Train du Pays Cathare est opérateur de frêt

http://sud.france3.fr/info/languedoc-ro ... 20521.html

Par Fabrice DUBAULT

C'est la première licence d'opérateur de proximité délivrée en France. Elle est valable 4 ans.

L'exploitant d'un train touristique reliant l'Aude aux Pyrénées-orientales, TPCF, a obtenu la première licence d'opérateur ferroviaire de proximité (OFP), en vue d'assurer un service de fret sur cette ligne, a annoncé Réseau Ferré de France (RFF) jeudi dans un communiqué.

La direction régionale Languedoc-Roussillon de RFF "se réjouit" de l'attribution de cette licence publiée par arrêté le 20 mars au Journal Officiel.

RFF précise qu'il soutient l'entreprise "par un appui technique" et qu'il "continuera de se mobiliser pour mettre en oeuvre toutes les conditions favorables au renouveau du fret de proximité".

TPCF (train du pays cathare et du Fenouillèdes) exploite un train touristique entre Rivesaltes et Saint-martin-de-Lys depuis 2001 et a postulé à la licence OFP en octobre 2009.

Selon RFF, des carrières et industriels disposant d'embranchements sur le réseau "souhaitent renouer avec le fret ferroviaire" sur cette ligne, ce qui permettrait de "diminuer la circulation de nombreux poids lourds".

RFF précise que TPCF doit maintenant lui soumettre un dossier pour "obtenir son certificat de sécurité, dernière étape avant les premières circulations sur la ligne".

Selon l'arrêté publié au JO, l'entreprise dispose de 12 mois pour commencer les services, et sa licence fera l'objet d'un réexamen tous les quatre ans.

La création des OFP est l'un des axes prioritaires retenus par le gouvernement dans le cadre de l'engagement national pour le fret ferroviaire présenté le 16 septembre 2009.



Pour accéder au site TPCF, cliquez ici ===> TPCF
Avatar de l’utilisateur
fabien38
Fondateur du site
 
Messages: 4005
Inscription: 16 Fév 2008 22:25
Localisation: Grenoble

TPCF Fret : le premier OFP sur les rails

Message non lupar fabien38 » 02 Avr 2010 18:29

Sur la page d'origine, il y a une photo timbre poste avec un .....72000!!!
Le dernier que j'ai connu avec les chiffres en blanc et rouge était le 72084.
Superbe machine, ( mon diesel préféré), mais comment vont'ils s'en sortir pour la maintenance?
Ont ils un autre modèle à cannibaliser???
En cherchant d'autres photos sur le forum, je tombe sur un bus... du même modèle que celui que j'empruntais pour aller au collège à Quillan, conduit par Jean Claude L.
Apparemment, le 72000 n'était qu'en visite pour livrer un 66300 (autre excellente machine).


http://www.wk-transport-logistique.fr/a ... illon.html

TPCF Fret : le premier opérateur ferroviaire de proximité sur les rails en Languedoc-Roussillon
Par Séphane Le Hénaff | l'Officiel des transporteurs |30/03/2010|

Dans l’attente de la remise du certificat de sécurité, "limité à la voie unique à trafic restreint Rivesaltes-Saint Martin Lys", par l’EPSF (établissement public de sécurité ferroviaire), TPCF (Train du pays cathare et du Fenouillèdes) a reçu une dérogation ad hoc lui permettant d’espérer faire circuler ses premiers convois de marchandises dès le 20 avril.

Exploitant depuis 2001 un train touristique sur les 61 km de la ligne séparant Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) de Saint-Martin Lys (Aude), propriété de Réseau ferré de France (RFF), TPCF relance une activité fret abandonnée progressivement depuis 4 à 5 ans par Fret SNCF. "Son dernier train a été opéré en décembre 2009", rappelle Robert Claraco, directeur du cabinet conseil éponyme qui a participé à l’élaboration de cet opérateur ferroviaire de proximité (OFP).


Jusqu'à 100 000 tonnes de fret

TPCF fret va donc récupérer des flux, essentiellement composés de feldspath en provenance des sites d’Imerys, qui avaient basculé sur la route. Au total, entre 80 000 et 100 000 tonnes de fret pourraient reprendre le train. Interlocuteur unique d’Imerys, TPCF Fret sera le prestataire intégrateur de l’ensemble de la chaîne. Il assurera avec ses propres moyens et son personnel la liaison Saint-Martin-Lys / Saint-Paul de Fenouillet-Rivesaltes.

Et pour la longue distance, "le tractionnaire sera donc sous-traitant de TPCF Fret", souligne Robert Claraco. En fonction des destinations finales, nationales ou internationales, l’OFP négocie actuellement avec Fret SNCF, VFLI, ECR et CFL pour les répartir.


Transfert modal de la route au rail

L’exploitation de ce premier OFP devrait se traduire par le retrait de 8 160 poids lourds par an sur la section Rivesaltes-Saint Paul de Fenouillet. Une activité routière qui sera conservée pour les pré et post-acheminements sur les différents points de livraison, voire d’approvisionnement.

www.tpcf.fr
Avatar de l’utilisateur
fabien38
Fondateur du site
 
Messages: 4005
Inscription: 16 Fév 2008 22:25
Localisation: Grenoble

Les Fenouillèdes, première ligne de fret privé

Message non lupar fabien38 » 28 Juil 2010 12:14

Édition du mardi 27 juillet 2010

http://www.midilibre.com/articles/2010/ ... 24294.php5

Ferroviaire : les Fenouillèdes, première ligne de fret privé

RFF a délégué à un Opérateur ferroviaire de proximité la relance de Rivesaltes-Axat.

La nature a horreur du vide, même dans le champ très clos du monde ferroviaire. Grâce au desserrement du monopole de la SNCF sur le réseau national, des lignes revivent après avoir été abandonnées par l’opérateur historique. Le premier train du premier Opérateur ferroviaire de proximité (OFP) a livré son chargement hier à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), un wagon de 64 t provenant d'une carrière à 10 km de là.

L'entreprise TPCF (Train du pays cathare et du Fenouillèdes), qui exploite un train touristique entre Rivesaltes et Saint-Martin-de-Lys depuis 2001, est devenue le premier OFP à circuler sur le réseau national. Il a reçu la première licence en
mars. Des carrières et des industriels « souhaitent renouer avec le fret ferroviaire » sur cette ligne à voie unique, sacrifiée par la SNCF, ce qui permettrait de « diminuer la circulation de nombreux poids lourds », indique RFF, propriétaire de l’infrastructure.

« Le trafic ferroviaire marchandises, qui représentait 150 000 tonnes de minéraux venant de cette vallée riche en carrières, en 2002, est presque entièrement passé à la route, la SNCF souhaitant se concentrer sur des trafics de masse », a expliqué le gérant de TPCF, Dieter Schmitz, qui espère « ramener 15 000 tonnes par an au rail dans un premier temps ».

Le wagon chargé de dolomie (carbonates de calcium et de magnésium) dans une carrière de Cases-de-Pène, a été raccordé à un train SNCF à destination de la Suède.

La création des OFP est l'un des axes prioritaires du gouvernement. Elle vise à remplacer la SNCF sur un créneau qu'elle délaisse en raison de ses coûts, celui des « wagons isolés ». L’OFP tracte ses trains mais, fait nouveau, entretient aussi la voie, rompant le monopole de la SNCF sur cette fonction de maintenance pour le compte de RFF. Des OFP sont en cours de constitution : ports (La Rochelle, Dunkerque) ou lignes rurales (Morvan, Auvergne).

Ce train qui transporte de la dolomie va générer d’autres trafics.


Allons nous revoir des trains de fret sur St Martin Lys?????
Peut-on imaginer un itinéraire de délestage (à long terme) entre Carcassonne et Perpignan pour des trains de fret ? (étant jeune et vivant à Axat, j'avais rêvé, une nuit, que je voyais passer un train de porte-autos et qu'il y avait une caténaire.... sur le remblai au dessus d'Axat!)
Avatar de l’utilisateur
fabien38
Fondateur du site
 
Messages: 4005
Inscription: 16 Fév 2008 22:25
Localisation: Grenoble

Au JT de la 3

Message non lupar fabien38 » 28 Juil 2010 12:38

Avé un accent bien de chez moi, on croirait que c'est un sketch des Inconnus....


http://sud.france3.fr/info/languedoc-roussillon/rivesaltes--premier-fret-ferroviaire-de-proximite-64243748.html

Reprise de l'article précédent, et quelques informations supplémentaires ensuite:

L'entreprise TPCF (Train du pays cathare et du Fenouillèdes), qui exploite un train touristique entre Rivesaltes et Saint-Martin-de-Lys (Aude) depuis 2001, est devenu le premier OFP à circuler sur le réseau national, après avoir reçu la première licence en mars dernier, précise Réseau ferré de France (RFF).



Selon RFF, des carrières et industriels disposant d'embranchements sur le réseau "souhaitent renouer avec le fret ferroviaire" sur cette ligne secondaire à voie unique, abandonnée peu à peu par la SNCF, ce qui permettrait de "diminuer la circulation de nombreux poids lourds".

"Le trafic ferroviaire marchandises qui représentait 150.000 tonnes de minéraux venant de cette vallée riche en carrières en 2002 est presque entièrement passé à la route, la SNCF souhaitant se concentrer sur des trafics de masse", a expliqué le gérant de TPCF, Dieter Schmitz, qui espère "ramener 15.000 tonnes par an au rail dans un premier temps".



Le wagon chargé de dolomie (carbonates de calcium et de magnésium) dans une carrière de Cases-de-Pène, à 10 km de Rivesaltes, devait être raccroché dans l'après-midi à un train de l'opérateur Fret SNCF à destination de la Suède.



La création des OFP est l'un des axes prioritaires retenus par le gouvernement dans le cadre de l'engagement national pour le fret ferroviaire présenté le 16 septembre 2009.

Elle vise à remplacer la SNCF sur un créneau qu'elle délaisse de plus en plus pour des raisons de coût, celui des "wagons isolés" (activité sur mesure pour des quantités ne constituant pas un train entier).



Des PME s'attaquent au frêt ferroviaire :

Une petite entreprise de dix salariés exploitant un train touristique dans la région de Perpignan est devenue mardi le premier opérateur ferroviaire de proximité (OFP), rabattant des wagons vers les grands trains de marchandises.

La SNCF délaisse de plus en plus, pour des raisons de coût, le créneau des "wagons isolés" (activité sur mesure pour des quantités ne constituant pas un train entier).



Le gouvernement a décidé en septembre 2009 de créer des OFP pour prendre sa relève sur les courtes distances.

Réseau ferré de France (RFF), propriétaire de l'infrastructure ferroviaire, a salué son nouveau client en se réjouissant que TPCF (Train du pays cathare et du Fenouillèdes) permette de "reporter sur le rail un trafic qui alimentait la circulation de nombreux poids lourds".



Plusieurs PME ont demandé des licences, dans le Morvan, en Charente-Maritime. TPCF, co-dirigée par Yves Guimezanes et Dieter Schmitz, a été la première à obtenir sa licence et son "certificat de sécurité d'entreprise ferroviaire".

"Nous travaillons sur une voie unique non électrifiée qui n'intéresse pas les grands opérateurs, nous avons loué une motrice diesel de 40 ans d'âge à la SNCF et nous assurons nous même la conduite, à 30 km/h de vitesse de pointe, et l'entretien", explique le président, Yves Guimezanes, 48 ans.

"Nous n'avons pas de matériel à amortir", ajoute le gérant, Dieter Schmitz, 43 ans, tandis que M. Guimezanes explique: "nous organisons le transport de bout en bout, depuis la carrière jusqu'à l'arrivée chez le client final, cela peut comprendre l'affrètement d'un camion pour le tronçon final à l'autre bout de l'Europe, et nous sommes rémunérés pour notre prestation".

"Le trafic ferroviaire marchandises, qui représentait 150.000 tonnes de minéraux venant de cette vallée riche en carrières en 2002, est presque entièrement passé à la route, la SNCF souhaitant se concentrer sur des trafics de masse", indique M. Schmitz, qui espère "ramener 15.000 tonnes par an au rail dans un premier temps", en formant un à deux trains de dix wagons par semaine.

Outre la carrière "La Provençale" de Cases-de-Pène, TPCF compte déjà dans sa clientèle trois carrières, 30 km plus haut dans la vallée, sur le même axe emprunté par leur

Train rouge touristique, une vieille Micheline louée à la SNCF.

Le gérant, ancien batelier du Rhin qui a épousé une Catalane, salariée de TPCF, ne chiffre pas précisément ses objectifs de chiffre d'affaires - "plusieurs dizaines de milliers d'euros" -.

Pour Yves Guimezanes, ce "complément d'activité du train touristique, qui fait 2 allers-retour par jour d'avril à décembre, va permettre de transformer en emplois permanents trois des cinq saisonniers de TPCF (sur dix salariés)".

M. Guimezanes, qui reste ingénieur informatique à mi-temps, admet volontiers la modestie du projet, mais souligne: "c'est avec les petites rivières qu'on fait les grands fleuves".
Avatar de l’utilisateur
fabien38
Fondateur du site
 
Messages: 4005
Inscription: 16 Fév 2008 22:25
Localisation: Grenoble

Re: OFP par un chemin de fer touristique (TPCF-11 & 66)

Message non lupar fabien38 » 27 Aoû 2010 19:33

L'opérateur ferroviaire de proximité TPCF Fret a démarré ses tractions
Par Stéphane Le Hénaff | l'Officiel des transporteurs |27/08/2010|
http://www.wk-transport-logistique.fr/a ... tions.html
Le premier opérateur ferroviaire de proximité (OFP) reconnu en France, TPCF Fret, fait circuler ses trains depuis le 27 juillet 2010 sur son unique voie en pays cathare. Des convois encore modestes mais un OFP qui ne manque pas d'ambitions.

C'est un convoi modeste, un seul wagon chargé de 64 tonnes de dolomie (carbonates de calcium et de magnésium) tracté par une locomotive diesel, qui a été opéré pour la première fois le 27 juillet 2010 par TPCF Fret entre l'usine de la Provençale à Cases-de-Pène et la gare de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), distante d'une dizaine de kilomètres. Le wagon a ensuite été raccroché à un train long de Fret SNCF pour atteindre sa destination finale en Suède.

Depuis, quatre à huit wagons par semaine sont acheminés entre les deux sites départementaux. Un premier trafic commercial que TPCF Fret réalise pour France Wagon. "Grâce à la création de l'OFP, Fret SNCF a ainsi pu conserver ce client, explique Dieter Schmitz, gérant de TPCF. Car réaliser la traction en propre sur cette petite ligne n'était plus pour l'opérateur national économiquement viable".


Intégrer toute la chaîne transport

Mais l'objectif de cet opérateur ferroviaire de proximité (OFP) du Pays cathare, le premier à avoir obtenu sa licence d'entreprise ferroviaire et son certificat de sécurité, est bien d'être le prestataire intégrateur de l'ensemble de la chaîne transport pour ses clients. Ce sera notamment le cas pour Iméris entre son site de Saint-Martin de Lys (Aude) et Rivesaltes, distants de 61 km. Les premiers convois devraient circuler dans les prochaines semaines.

"On aura la main sur l'ensemble du trafic. Pour la longue distance, le tractionnaire sera donc un sous-traitant de TPCF", précise Dieter Schmitz. Et s'il le faut, pour certains pré et post-acheminements, l'OFP affrétera du transport routier.


Convaincre des industriels

Reste à regagner la confiance des industriels présents le long de cette ligne ferroviaire qui ne compte qu'une seule voie. Échaudés par le déficit qualitatif de l'offre ferroviaire, et plus encore par son coût économique, nombre d'entre eux ont basculé leurs marchandises vers la route. Au total, ce sont 80 000 à 100 000 tonnes de fret par an qui peuvent reprendre le train. "À nous de leur garantir une prestation de qualité et un prix stable inférieur à celui de la route. Le coût de notre prestation est encore quelque peu plus élevé, mais cette tendance devrait s'inverser dans le contexte à venir", estime le gérant de TPCF.
Avatar de l’utilisateur
fabien38
Fondateur du site
 
Messages: 4005
Inscription: 16 Fév 2008 22:25
Localisation: Grenoble


Retourner vers Opérateur Ferroviaire de Proximite - OFP

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron