Frêt ferroviaire, du nouveau à l'ouest (Albi)

Certains pensent que ce n'est que de la poudre aux yeux pour la Xième fois, dans les revues internes de ma boite, on s'en gargarise. Mais personnellement, depuis 91 que je suis dans la grande maison, comme je n'ai subit qu'échec sur échec dans la politique de transport de marchandise, je suis persuadé que la volonté du gouvernement et l'aide technique enfin autorisée par la SNCF pour créer ces OFP va enfin, après une vingtaine d'année de faillite, permettre de redresser la situation et de remettre des wagons et des trains sur pas mal de nos petites gares! Ce ne sera pas forcement la SNCF qui tirera la plupart de ces trains, mais, je préfère toujours voir un train, même d'une autre compagnie que des rails rouillés, arrachés et des camions, fussent-ils du groupe SNCF!!!! Les "Short-Lines" fonctionnent aux USA et font des millions de tonnes de wagons isolés, il n'y a pas de raison que ça échoue chez nous. Les OFP qui existent depuis longtemps ont souvent résistés au manque de volonté gouvernementale pour sauver le fret ferroviaire.
Donc, je rangerais ici toutes les informations concernant cette renaissance du rail.

Frêt ferroviaire, du nouveau à l'ouest (Albi)

Message non lupar fabien38 » 09 Avr 2010 17:46

Publié le 02/04/2010 08:50 | R.R.
Frêt ferroviaire, du nouveau à l'ouest

http://www.ladepeche.fr/article/2010/04 ... ouest.html

D'ici un mois, le fret ferroviaire sera de retour dans l'Albigeois. Une initiative des sociétés Eternit et Cémex pour acheminer près de 70 000 tonnes de sable par semaine.

Fin avril, début mai, des trains de marchandises vont reprendre la voie de la zone industrielle Albipôle, une première depuis 2004. Ils seront dérivés sur l'ITE (Installation terminale embranchée) en fait une liaison ferroviaire avec quai de déchargement, de la société Eternit. Le sable contenu dans les wagons sera transféré dans des camions, lesquels iront vider leur chargement à l'usine de production de béton de la Cémex à Ranteil. Pour l'heure, les trains sont stoppés et déchargés à la gare d'Albi-ville. Le retour du fret dans l'Albigeois est dû à un rapprochement entre les sociétés Eternit et Cémex : la première dispose de l'infrastructure ferroviaire, la seconde doit « importer » du Lot, 1200 tonnes de sable par semaine. « Recréer une plateforme sur un site industriel permet d'entretenir l'espoir de voir revenir le fret ferroviaire à plus grande échelle sur la région, indique Boris Niéto, chargé de mission environnement à la Cémex ».
Chantier en cours

Pour que les trains arrivent chez Eternit, il a fallu réviser toute l'ancienne voie ferrée. La Cémex a déboursé 70 000 € pour cela. La C2A, compétente en matière économique a financé la rénovation de l'aiguillage (10 000 €). « On démarre quelque chose qui je l'espère va développer le fret ferroviaire dans l'Albigeois », commente Yannick Buisson, directeur d'Eternit.

Le chantier d'aménagement de la zone de transfert trains/camions est actuellement en cours chez Eternit. Il va durer jusqu'à la fin du mois. La SNCF devra ensuite faire des essais. S'ils s'avèrent concluants, le premier train de sable pourra alors s'arrêter chez Eternit en mai.

D'autres entreprises de l'Albigeois sont intéressées par le fret rail : la VOA, la RAGT, Dyrup, etc. Mais leur desserte par train passe par la mise en place d'un opérateur de fret de proximité (OFP) (lire ci-dessous) qui ventilerait les wagons dans les diverses entreprises, puisque la SNCF n'achemine que des trains complets (18 wagons). Mais du côté de Saint-Sulpice, les choses sont en train de bouger.
Opérateur de fret de proximité

C'est assurément par l'intermédiaire des OFP que le développement du fret ferroviaire, (devenu récemment une priorité gouvernementale qui va bénéficier d'une manne de 7 à 8 milliards d'euros) se fera ces prochaines années.

En effet, depuis 2004 et la décision unilatérale de la SNCF de ne plus acheminer des wagons isolés, c'est un train complet ou rien, le fret ferroviaire a disparu du paysage albigeois, à l'exception de la Cémex. Mais rare sont les entreprises locales qui peuvent faire affréter 18 wagons.

En revanche, plusieurs entreprises peuvent s'associer pour constituer un train complet. Charge ensuite aux OFP de ventiler les wagons. Du côté de Saint-Sulpice, la société Egenie associée au transporteur Denjean travaille sur un projet d'OFP. L'éclosion devrait arriver d'ici la fin de l'année.
Le chiffre : 70 000

Tonnes>De sable. C'est la quantité que doit importer chaque semaine la Cémex.

«Recréer une plateforme sur un site industriel permet d'entretenir l'espoir de voir revenir le fret ferroviaire à plus grande échelle sur la région ». Boris Néto, chargé de mission environnement à la Cémex.
Avatar de l’utilisateur
fabien38
Fondateur du site
 
Messages: 4005
Inscription: 16 Fév 2008 22:25
Localisation: Grenoble

Albi. Le fret ferroviaire fait son retour

Message non lupar fabien38 » 13 Mai 2010 18:30

Enfin du concret!
Le retour du wagon isolé avec un autre opérateur sera la seconde bonne nouvelle, mais c'est pour plus tard!
Par contre, dans l'avant dernier paragraphe, je ne connais pas cette "soudure de rail" qui condamne une ligne ou une ITE.
Au pire RFF retire un tronçon de voie, mais une soudure.... :??:


http://www.ladepeche.fr/article/2010/05 ... etour.html

Publié le 12/05/2010 08:33 | R.R.
Albi. Le fret ferroviaire fait son retour

Un train de marchandise chargé de sable pour l'entreprise Cémex, est arrivé hier au quai de déchargement d'Eternit. Une image insolite après six ans d'interruption du fret ferroviaire.

La locomotive SNCF fret de 68 tonnes, immatriculée 469311 avance lentement, sûrement. Elle pousse quelque 600 tonnes de sable contenu dans neuf wagons. Il est 15 h 42, le convoi s'immobilise devant le quai de déchargement de l'entreprise Eternit située sur la ZI de Terssac. Une image insolite s'il en est car depuis six ans, aucun train de marchandise n'avait plus roulé sur l'ITE (Installation terminale embranchée) de la zone, en fait une dérivation ferroviaire qui permet aux trains d'accéder à l'entreprise. Désormais ce sont deux trains qui chaque semaine emprunteront l'ITE.

Le sable est destiné à la société Cemex pour la production de ciment dans son usine de Ranteil. Jusqu'à hier, les trains arrivaient en gare d'Albi-ville. Des camions prenant ensuite le relais jusqu'à Ranteil.

« Deux trains par semaine, explique Boris Niéto, du service environnement et foncier à la Cémex, cela représente 50 camions. Désormais ils n'encombreront plus le centre-ville puisqu'ils utiliseront la rocade et le début de la route de Castres pour aller vider ».
Plateforme pour l'Albigeois

Hier après-midi sur le quai d'Eternit, Robert Gauthier, vice-président de la C2A, chargé du développement économique, observait avec attention la manœuvre du convoi ferroviaire. « On a mis le doigt dans l'aiguillage », relevait-il. La C2A a en effet participé à hauteur de 10 000 € à la rénovation de l'ITE qui a coûté 70 000€. C'est la Cémex qui a financé le reste. L'élu ajoutait : « L'enjeu est aujourd'hui de remettre en service les wagons isolés, mais le problème est que la SNCF ne veut tracter que des trains complets (18 wagons, Ndlr). J'ai cependant bon espoir car lorsque la taxe carbone va arriver les entreprises vont peut-être y regarder à deux fois ».

Et l'élu de conclure : « A terme pourquoi pas une plateforme pour l'Albigeois, en tout cas elle ne peut qu'être un tout pour accueillir de nouvelles entreprises ».

Et dans l'agglomération elles sont nombreuses à frapper à la porte du fret ferroviaire.
«Ils voulaient souder les rails»

L'arrivée hier chez Eternit d'un train de fret ferroviaire est l'aboutissement de deux à trois années de travail entre la Cémex qui a besoin du sable et Eternit propriétaire des installations ferroviaires et du quai de déchargement. « Si en 2007-2008, on ne s'était pas occupé de ce dossier Réseau Ferré de France (RFF) aurait soudé les rails, ce qui aurait bien entendu et pour longtemps empêché tout trafic ferroviaire sur la zone ».
Le chiffre : 18

C'est le nombre de wagons qui forment un train complet. Le convoi transporte ainsi 1200 tonnes de sable, soit l'équivalent d'une cinquantaine de camions. Par an la Cémex a besoin de 70 000 à 75 000 tonnes de sable.

« Quand la taxe carbone arrivera les entreprises y regarderont à deux fois». Broris Niéto du service environnement de la Cémex
Avatar de l’utilisateur
fabien38
Fondateur du site
 
Messages: 4005
Inscription: 16 Fév 2008 22:25
Localisation: Grenoble


Retourner vers Opérateur Ferroviaire de Proximite - OFP

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité