Les coulisses du petit train

N'hésitez pas à nous montrer vos photos et infos.... sur ce réseau pas comme les autres.

Les coulisses du petit train

Message non lupar fabien38 » 23 Aoû 2009 10:00

Samedi 22 Aout 2009
http://www.sudouest.com/bearn/actualite ... 12351.html

Les coulisses du petit train

Nathalie Courouau, conductrice du petit train d'Artouste depuis deux ans.()
10413219.jpg



On dirait des jouets. Pourtant, ces 13 petits trains rouge et jaune sillonnent bel et bien les montagnes depuis le début du XXe siècle, entre la Sagette et le lac d'Artouste, offrant aux regards des passagers un panorama exceptionnel sur la vallée du Soussouéou, à environ 2 000 mètres d'altitude. « Le train le plus haut d'Europe », répète-t-on à l'envi à qui veut bien l'entendre.

À la vue des files d'attentes interminables à la billetterie de Fabreges, les visiteurs l'auront compris : le petit train d'Artouste est un site très touristique. Pendant les mois de juillet et août, ce sont entre 2 500 et 2 800 passagers qui embarquent tous les jours à bord des voiturettes rouge et jaune. « Tout cela demande beaucoup d'organisation », assure Gilles Vigneau, responsable technique du site et adjoint au chef d'exploitation.

Pour faire rouler tous ces wagons, 93 personnes sont mises à contribution tout l'été. Chaque matin, quatre mécaniciens jettent un coup d'oeil sur le système de démarrage, celui du freinage, et sur les voitures. Pendant ce temps, un cantonnier fait passer un train sur les 10 km de rails, afin d'en vérifier l'état, avant d'appeler le régulateur pour que la journée puisse commencer.

Passages dangereux

Pour améliorer le confort et la sécurité des visiteurs, les wagons du tortillard haut-béarnais ont été entièrement rénovés en 2006. La Shem, la filiale de Suez propriétaire du site, a investi près d'un million d'euros pour moderniser l'exploitation. « Tous les moteurs ont été changés », explique Gilles Vigneau. Principale nouveauté : un système de gestion de la vitesse ne permet plus aux chauffeurs d'aller plus vite qu'il n'est autorisé.

Nathalie Courouau fait partie des 16 conducteurs des petits trains des cimes. Elle explique que grâce aux améliorations apportées par la Shem, il n'est plus aussi difficile de se familiariser à la conduite des convois. « Il suffit de quelques jours pour apprendre. Avant, c'était beaucoup plus long, explique la jeune femme. Le plus dur, ce sont les croisements : il y en a quatre sur la voie, et à chaque fois, il faut appeler le régulateur pour lui dire quels sont les trains qui viennent de passer... » Selon Gilles Vigneau, certains passages restent tout de même « un peu délicats ». À commencer par les deux falaises que le train doit traverser : celle du Séous, à 3 km du départ, et celle d'Arrouy, à 7 km. « La voie a été taillée dans la roche, et il y a à chaque fois entre 300 et 400 mètres de vide en dessous. Alors forcément, à cet endroit, il faut lever le pied ».

À la sortie du tunnel de l'ours, les conducteurs doivent également traverser un passage difficile : la rampe du Séous. À cet endroit, la vitesse est limitée à 10 km/h, (normalement, elle est limitée à 18 km/h) « pour éviter que les trains ne s'emballent », explique Gilles Vigneau. Et si une brebis, une marmotte un isard ou autre animal pyrénéen s'aventurait sur la voie, il faudrait que le train ait le temps de s'arrêter... « Oui, les animaux sont prioritaires », s'amuse le responsable technique du site d'Artouste.

Un boulot idéal

Nathalie Courouau a déjà eu affaire à ce genre de difficultés : « Une fois, j'ai dû m'arrêter quelques minutes parce qu'un couple de perdrix avait élu domicile le long de la voie... ». Elle raconte qu'une marmotte a même eu la queue coupée par l'un des trains.

« J'adore mon boulot et j'aime le fait de pouvoir travailler en pleine nature, j'aime les animaux, et j'aime le contact avec les gens... Pour moi, c'est l'idéal »

Le petit train d'Artouste est ouvert entre le 20 mai et le 27 septembre, de 8 h 30 à 18 heures. Tarifs : 21,50 ? pour les adultes, 17 euros pour les enfants de moins de 15 ans, et gratuit pour les moins de quatre ans. Renseignements au 05 59 05 36 99.

Une journée avec...

Chaque samedi, pendant l'été, « Sud Ouest » a proposé de partager le quotidien de professionnels animés par la passion. Aujourd'hui, rencontre avec Gilles Vigneau, responsable technique du petit train d'Artouste et Nathalie Courouau, conductrice.

Auteur : Fanny normand
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Avatar de l’utilisateur
fabien38
Fondateur du site
 
Messages: 4005
Inscription: 16 Fév 2008 22:25
Localisation: Grenoble

Re: Les coulisses du petit train

Message non lupar ng brittany » 23 Aoû 2009 22:16

Très bonne initiative de rajouter ce formidable chemin de fer à voie de 0, 50m, situé en pleine montagne et au coeur d'un site fantastique, que malheureusement je ne connais...pas ! Je ne désespère pas un jour m'y rendre.
Ce chemin de fer, initialement de chantiers (équipements hydro-électrique de la Cie des CF du Midi, d'où sa gestion, jusqu'aux années 80 par la...SNCF !), fut réaménagé - assez sommairement - dès l'été 1932, pour acheminer des touristes montant par l'ancien téléférique du Pic de la Sagette, où se situait la station originale de départ; ce n'est qu'après reprise par l'actuel exploitant que le télécabine actuel fut mis en service.
A l'origine, les tracteurs primitifs étaient à essence et les "baladeuses" (déjà à bogies et de 12 places) plus sommaires que les actuelles, rappelaient un peu celles du Jardin d'Acclimatation de Paris.
La SNCF (service des centrales) avait déjà entrepris une sérieuse modernisation au cours des années soixante: locotracteurs Diesel neufs (Billard) ou rénovés aux ateliers de Bordeaux et premières tranches des actuelles baladeuses, tandis que dans les années 80, le CFTT, récupéra quelques éléments anciens : locotracteurs et châssis d'anciennes baladeuses, ainsi qu'un wagon surbaissé.
Vive le CF de Artouste
ng brittany
 

Re: Les coulisses du petit train

Message non lupar le bowetteur » 05 Jan 2010 21:17

Imaginez qu'un convoi soit bloqué en plein tunnel. Il y a exactement 50 cm entre un wagon et la paroi du tunnel. Donc impossibilité à une personne de forte corpulence ou handicapée de s'échapper !
De plus les gaz du diesel rendront vite l'atmosphère irrespirable !
le bowetteur
membre
 
Messages: 10
Inscription: 26 Déc 2009 16:14

Re: Les coulisses du petit train

Message non lupar vapeur65 » 05 Jan 2010 21:52

le bowetteur a écrit:Imaginez qu'un convoi soit bloqué en plein tunnel. Il y a exactement 50 cm entre un wagon et la paroi du tunnel. Donc impossibilité à une personne de forte corpulence ou handicapée de s'échapper !
De plus les gaz du diesel rendront vite l'atmosphère irrespirable !


je connais bien le réseau d'artouste ce n'est pas très loin de chez moi!et je ne comprend pas ta remarque! le tunnel est franchi a vitesse réduite et si il a blocage dans le tunnel ça ne pourrais provenir que d'une panne du locotracteur donc pas de risque avec les gaz du diésel de plus il y a en permanence une équipe qui est présente a l'atelier pour intervenir si il y a un problème!

l'équipe de l'atelier en train d'intervenir sur un aiguillage récalcitrant!
Image
la voie de 50 d'abord!et tous les autres écartements
vapeur65
membre
 
Messages: 692
Inscription: 17 Fév 2008 21:55
Localisation: hautes pyrennées


Retourner vers Chemin de fer d'Artouste

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron